Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Hyper Quelque Chose !

  • Maous Artiste Défiant l'Olibrius
  • Une linguiste associée avec une artiste ! Mado fait de la peinture et moi, je m'exerce au journalisme, à la traduction et à l’écriture pour le plaisir des mots et des couleurs.
  • Une linguiste associée avec une artiste ! Mado fait de la peinture et moi, je m'exerce au journalisme, à la traduction et à l’écriture pour le plaisir des mots et des couleurs.

Rechercher Sur Le Site

Le Fourre Tout !

Cadeaux des ami(e)s

medaille-meilleur-blogsarah151109.jpg

offert par mon amie Jeanne Fa Do SI
pour mon regard fouillé sur les coutumes et la nature autrichienne.
Merci Jeanne

Texte Libre

Related Posts with Thumbnails
8 janvier 2012 7 08 /01 /janvier /2012 08:47

Ce n’est pas difficile de préparer une petite choucroute à la Tyrolienne.

 

En fait, nous mangeons la choucroute avec des Knödeln (nos fameuses boulettes de pain). La choucroute est toujours recuisinée, c'est-à-dire qu’elle est recuite pour l’adoucir. Personne ne mangera ici la choucroute alsacienne comme on la connait, car elle est trop sure pour accompagner nos plats et particulièrement les Knödeln.

 

Kraut-choucroute-a-la-tyrolienne.JPG

 

Ici, pas de saucisse, pas de carré de porc...

Traditionnellement avec des boulettes, mais aussi servie avec du boudin noir. 

 

 

 

Alors, prenez un bel oignon que vous faites rissoler avec des petits morceaux de jambon de montagne (speck). Ajoutez une cuillère à café de sucre (donc une petite cuillère qu’ici on nomme la cuillère à thé = Teelöffel) puis de l’eau et si vous le souhaitez un peu de vin blanc (mais attention l’acidité peut ressortir). Ensuite laissez cuire une bonne demi-heure dans la cocotte (minute). Goûtez pour assaisonner à votre goût. Servez bien sûr avec le jus pour mouiller vos Knödeln et le tour est joué !

 

Bon appétit = Mahlzeit !

 

 

Repost 0
Published by CULTour en Autriche - dans Recettes autrichiennes
commenter cet article
22 décembre 2011 4 22 /12 /décembre /2011 05:30

Il fait froid dehors, la monotonie s'installe mais certainement pas chez nous. Il y a des remèdes de cheval comme le coup des sept chapeaux, et j'en passe et des meilleurs ! Je vous propose un breuvage bien agréable à boire que les Autrichiens comsomment sans modération sur les marchés de Noel.

 

Il y en a pour tous les goûts et ça vous rappellera les restaurants d'altitude dans les Alpes !

 

Gl-hwein.jpg

 

Sur tous les marchés de Noel, les tasses pour les vins chauds et punchs sont vendues avec le breuvage (en consigne). Chaque année le motif change. Si vous ne souhaitez pas garder la tasse, vous la rapportez et recevez en échange la consigne (la tasse 2,00 € + le breuvage choisi env. 2,60 €).


Glühwein - vin chaud
½ litre de vin rouge bien sûr (Ah, il y a aussi une recette avec du vin blanc). Bon d’accord, un litre parce qu’avec l’odeur les voisins vont rappliquer. Un peu d’eau, il ne faut pas non plus s’écrouler sur la carpette, mais c’est selon les goûts alors « on va dire à discrétion » comme cela tout le monde il est content ou devrais-je dire avec modération ?

Ensuite, vous ajoutez à profusion de sucre, cannelle, clou de girofle et zest d’orange ou de citron suivant que vous aimez le petit côté amer. 

Maintenant, le plus difficile est à venir. Attendre car en Autriche, il reste à grognonner sur le poêle pendant une bonne heure. Alors à feu doux sur la gazinière ? N’oubliez pas les châtaignes et le jambon de montagne cru qui vont bien avec le vin chaud et vous avez ce que l’on appelle ici une Törggelen

 

Chaud-les-marrons-a-Salzbourg.JPGChaud les marrons à Salzbourg


Punsch

Maintenant la recette avec du vin blanc (plutôt fruité). Préparez un thé à la bergamote, ajoutez un jus de citron et le zest, un peu de cannelle, du sucre et du vin blanc (normalement ¼ l. de thé, ½ l. de vin). Bien entendu laissez mijoter mais pas aussi longtemps que le vin rouge et vous avez votre Punch à la tyrolienne.


 

Sapin-de-Noel-Innsbruck-Copyright-MA.jpg

 

 

Sans alcool

Thé aux fruits agrémenté de cannelle, de jus d’orange frais, de jus de cerise, le zest d’une orange bio (n’oubliez pas vous ne pouvez pas utiliser la peau si les agrumes sont traités).

 

Theatre-sur-le-marche-de-Noel-d-Innsbruck.JPGThéâtre sur le marché de Noel d'Innsbruck

 

 

Sans oublier que sur le grand marché de Noel d'Innsbruck et il y a un petit marché spécial pour les enfants où l'on sert un punch spécialement pour eux.

 

Manege-sur-le-marche-de-Noel-d-Innsbruck.JPG

 

Kinderpunsch... aussi bon pour les petits comme pour les grands :

500 ml de thé aux fruits, 250 ml de jus de raisin, 250 ml de jus d'orange et 250 ml de jus de pomme, un bâton de canelle, deux clous de girofle, du sucre roux et selon votre goût, vous pouvez inclure des tranches de mandarine.

 

maison-de-Hansel-et-Gretel-a-Innsbruck.JPG

 

Bref un vrai plaisir pour le palais et un bon vieux remède contre le temps froid en attendant de se rendre sur les marchés de Noel. Et moi qui m’étais promise de ne pas faire dans les recettes…

 

 

Repost 0
Published by Maous Artiste Défiant l'Olibrius - dans Recettes autrichiennes
commenter cet article
5 janvier 2011 3 05 /01 /janvier /2011 22:37

Vous connaissez tous le magnifique gâteau « forêt noire » avec crème fraîche et ses délicieuses griottes. Aujourd’hui, je vous propose une variante de la recette très connue dans la région de Kufstein qui se trouve à la frontière de l’Allemagne : le Schwarzwälder Marmorkuchen.

 

Petits-gateaux-au-chocolat-et-aux-griottes-de-la-Foret-No.JPG

 

Ce gâteau ressemble comme deux gouttes d’eau au cake marbré sauf que la pâte est rendu plus liquide grâce à l’ajout du jus des griottes. Comme toujours, les gâteaux bavarois ou autrichiens sont toujours caloriques et vous n’échapperez pas à la plaquette de beurre et à la crème fraîche. L’alternance des saveurs du chocolat, de la vanille et des cerises est absolument fabuleuse.

 

Normalement, ce gâteau est cuit dans un grand moule à savarin (pour baba) et recouvert de chocolat, mais j’ai fait une petite variante en cuisant une partie dans un petit moule à kougelhof et une autre dans des moules à petits gâteaux (genre cookies). Cela donne des petits gâteaux moelleux à souhait avec une griotte par part.

 

Ingrédients :

  • Un bocal de cerises au jus (680 g – poids égoutté 350 g)
  • 250 g de beurre frais
  • 200 g de sucre roux (si vous aimez sucré, vous pouvez rajouter 50 gr de sucre)
  • 2 paquets de sucre vanillé
  • 5 œufs moyens
  • 125 g de crème fraîche
  • 1 cuillère à soupe de Kirsch
  • 425 g de farine (pour cette recette 100 g de farine de sarrasin – 325 g de farine d’épeautre)

Si Vous souhaitez une marbrure plus claire, il vous faudra renoncer à la farine de blé noir et au jus de cerise que vous pourrez remplacer par du lait !

  • 1 paquet de levure chimique bio
  • 2 cuillères à soupe de cacao
  • 125 g de chaque chocolat (blanc et noir) à faire fondre pour faire la couverture (facultatif)

    Santon-grandeur-nature-a-Sterzing--Tyrol-du-Sud-.JPG

    Alors :
  1. Faites égoutter les cerises et réservés le jus. Versez sur les cerises une cuillère de Kirsch.
  2. Faites fondre le beurre et ajoutez le aux sucres. Ajoutez une pincée de sel et battez bien.
  3. Ajoutez les œufs un par un, puis la crème fraîche et le jus des cerises.
  4. Mélangez à la farine, la levure chimique et ajoutez votre préparation liquide.
  5. Séparez votre pâte en deux et ajoutez le cacao. Ensuite roulez les cerises dans un peu de farine afin qu'elles ne tombent pas au fond du moule et ajoutez les à part égal dans chaque préparation. Ne mélangez pas trop !
  6. Beurrez votre moule et saupoudrez de chapelure. Ensuite versez vos préparations en alternant. Ainsi vous aurez une saveur différente à chaque bouchée.
  7. Mettez au four (Chaleur tournante th. 150 °C pendant 45 mn). Vérifiez la cuisson en plantant un couteau au cœur du gâteau).
  8. Pour la couverture en chocolat, faites fondre les chocolats et décorez comme vous aimez en alternant les couleurs.

 

Santon-de-la-creche-grandeur-nature-de-Sterzing--Tyrol-du-.JPG


J’espère que dans vos « bonnes résolutions de 2011 », le régime n’était pas en première " ligne " …

Repost 0
Published by Maous Artiste Défiant l'Olibrius - dans Recettes autrichiennes
commenter cet article
20 décembre 2010 1 20 /12 /décembre /2010 05:23

Le gâteau de Noël« Christstollen » qui est appelé couramment Stollen ou Stolle est un gâteau que l’on fait en Autriche pour Noel.  Il s'agit d'un pain aux fruits secs et confits qui est parfois farci de pâte d'amande. Nommé pain plutôt que gâteau car il est fabriqué avec très peu d’œuf !

 

Stollen cake tyrolien

 

Que la forme et l'apparence du gâteau rappelle les langes de l'enfant Jésus est simplement une  légende. L'original "Pain du Christ" date du XIVe préparé par les monastères  avec de la farine d’épeautre, de la la levure et de l'eau. Le sucre était beaucoup trop cher pour cette époque et n’est venu que bien plus tard.


La variété des ingrédients entrant dans la composition du Stollen a longtemps été directement liée à la fortune de la famille qui le préparait. Traditionnellement, les fruits confits et les raisons secs mêlés à quelques épices font partie des ingrédients sucrés.

 

Je vous livre ici ma recette trouvée dans un cahier de la grand-mère de mon mari. Normalement, la recette se fait en grande quantité car le Stollen se conserve tout le temps de l’avent. Heureusement, les proportions ont déjà été divisée pour moi, je n’ai simplement qu’à traduire les ingrédients et les  décagrammes en grammes.

 

Ingrédients :

 

  • 75 g de sucre pour la pâte et sucre fin pour la couverture à l’aspect blanc + 5 c. de sucre glace.
  • 1 œuf
  • 250 g de topfen (le topfen est un fromage blanc pâteux qui se rapproche du petit-suisse ou de la ricotta fraîche)
  • 100 g de beurre frais (2 fois 50 g.)
  • 300 g de farine d’épeautre
  • 1 paquet de levure bio.
  • 1 càc rase d’épices : cannelle, muscade, coriandre, anis, clou de girofle,  graines de fenouil, cardamome… (en bref, les épices que l’on met dans le Lebkuchen)
  • 100 g d’amandes en poudre
  • 130 g de fruits confits en petits morceaux
  • 100 g d’abricots secs

 

 

Alors….

 

  1. Vous mélangez la farine, les amandes en poudre, la levure, l’œuf, 75 g de sucre et les épices puis ajoutez le fromage frais bien sec et 50 g de beurre en petits morceaux.
  2. Pétrissez bien et ajoutez au fur et à mesure les fruits confits et les abricots découpés en petits morceaux.
  3. Formez votre pain en forme de triangle et posez-le dans un moule à stollen (un peu en force de cake mais plus large du fond). Bien sûr, si vous en avez pas,  callez bien votre pain dans du papier à beurre dans un moule plus large. Pour qu’il ne se déforme pas,  entourez votre pain de papier d’alu chiffonné.
  4. La cuisson dure environ 45 minutes selon votre four à 160°C.  Démoulez mais ne laissez pas complètement refroidir avant d’appliquer le sucre.
  5. Faites fondre le reste de beurre  et badigeonner le stollen de tout côté. Roulez le dans le reste de sucre et laissez complètement refroidir.
    Avant de servir saupoudrez de sucre glace.

STollen cake au fromage blanc

 

Vous voilà prête pour offrir à vos invités, le dessert d’un Noel tyrolien. Le repas du réveillon se compose en général, d’une soupe, d’un poisson (carpe) et d’une part de dessert. En effet, le temps de l’avent est normalement un temps de jeun, ainsi le jour de Noël sera plus fastueux avec de la viande pour fêter l’arrivée de l’enfant Jésus.

 

Je vous souhaite un bon quatrième dimanche de l’avent !

Repost 0
Published by Maous Artiste Défiant l'Olibrius - dans Recettes autrichiennes
commenter cet article
2 octobre 2010 6 02 /10 /octobre /2010 02:53

Le gâteau à la carotte (Rüebli-Torte) est le gâteau par excellence de toute bonne pâtissière autrichienne. La recette est en elle-même très simple, mais comme vous connaissez ma passion pour les mandalas, tout gâteau chez moi se transforme avec un peu de sucre glace en mandala.

 

Mandala-Amitie-c-est-partager.JPG

 

Ingrédients :

·         un citron ou une orange non traité(e)

·         300 g de carotte

·         5 œufs

·         Une pincée de sel,

·         200 g de sucre roux

·         80 g de farine d’épeautre (ou farine de blé)

·         3 càc de poudre à lever (sans gluten et sans phosphate bio - alternative à la levure)

·         250 g d’amande en poudre

·         50 g d’amande émondé (à coller sur le tour du gâteau, non présenté sur mon modèle)

·         200 g de sucre glace 

·         Différentes confitures ou jus de fruit. 

 

Mandala de l'amitié

 

Épluchez les carottes et râpez les très finement. Prélevez le zest et le jus.

Séparez les œufs. Aux jaunes vous ajoutez, le sucre roux, le zest et le jus. Montez les blancs en neige avec une pincée de sel. Mélangez la levure avec la farine et ajoutez à la préparation des jaunes. Ensuite, ajoutez les amandes, les carottes râpées et les blancs.

Un petit conseil : respectez bien cette marche à suivre. Les blancs en dernier. Même si l’appareil vous semble très épais.

Mettez dans un moule de 26 cm et laissez cuire environ 50 mn (à 160 °C).

 

Gâteau Mandala nature copyright MA


Pour la décoration :

 

Je prends 5 cuillères bien chargées de sucre glace pour une cuillère de liquide et j’étale le sucre encore mouillé sur le gâteau à la cuillère. (Liquide veut dire : jus de tout fruit, lait de soja ou coulis). Je place ma préparation bien mélangée dans un carré de film plastique que je ferme bien et maintiens sous pression. Je perce avec une aiguille et je dessine avec le ruban de sucre qui s’écoule plus ou moins lentement selon la grosseur de la perforation.

 

J’obtiens le beige avec du lait de soja (fond). Le jaune clair avec de la confiture à l’abricot. Le rose avec de la confiture à la groseille et le rose foncé avec de la mûre.

 

Gateau-a-la-carotte---recette-tyrolienne.JPG


Ce gâteau a été réalisé pour saluer l’automne !
et est à partager sans modération…

 

Mais après le passage de ma belle-mère, mon tyrolien, suivi de très près par mon beau-père et mon beau-frère... j'entends ma belle soeur frapper à la porte... J'ai comme un idée que mon maous gâteau va y passer !

 


 

Repost 0
Published by Maous Artiste Défiant l'Olibrius - dans Recettes autrichiennes
commenter cet article
10 septembre 2010 5 10 /09 /septembre /2010 02:20

http://idata.over-blog.com/2/09/76/13/Tyrol/La-marche-de-Radetzky-de-Joseph-Roth.JPG


Selon la légende, le maréchal Radetzky en campagne en Italie ramena la recette du Wiener Schnitzel en Autriche en 1857. Radetzky était le commandant général de l’armée autrichienne en Lombardie et en Vénétie durant la révolution italienne. Lors de son séjour dans la région, on lui aurait servi une escalope à la milanaise. Il en aurait été tellement enchanté qu’il aurait écrit sur le bord d’un rapport militaire le nom de ce met « Costoletta milanese ». Ce rapport se retrouva sur le bureau de l’empereur qui souhaita comprendre la dite remarque en marge.

 

D'ailleurs, vous connaissez certainement la Marche de Radetzky toujours jouée au concert du jour de l'an à Vienne

 

 



 

Canon-a-Matrei-am-Brenner.JPG

 

Lors de son retour à Vienne, le maréchal Radetzky donna la recette au chef des cuisines de l’empereur François-Joseph. ET vous connaissez le proverbe : « L’essayer c’est l’adopter ».

 

Enseigne-de-boulangerie-a-Mayrhofen.JPG

 

Maintenant, passons aux choses sérieuses ! En 2001, cette légende fut définitivement balayée par l’historien Richard Zahnhausen lorsqu’il consulta les documents de l’époque car " écrire en marge " d’un rapport le nom d’un mets italien n’était pas digne d’un maréchal de l’empereur. Déjà en 1967, le folkloriste Günter Wiegelmann avait démonté la légende pièce par pièce dans son livre sur les repas quotidiens et mets de fêtes de l’Europe centrale notant que la chapelure était une denrée alimentaire couramment utilisée à l’époque en Autriche.

 

Promenade-des-concerts-d-Innsbruck.JPG

 

Enfin en 2007, le « pot aux roses de la légende » fut enfin découvert par le linguiste Heinz Dieter Pohl. En 1969, un guide gastronomique italien écrivit que Radetzky avait noté la recette de la costoletta alla milanese lors de sa campagne en Italie. En effet, la côtelette à la milanaise est un met de choix mais delà à supposer qu’un maréchal écrivit dans la marge d’un rapport de campagne son plat du midi, fut un pas qui fut allégrement franchi en 1969  et qui en quelques années fit son chemin dans les mémoires de gourmet et de guide gastronomique.

 

Mais bon… Tout cela ne nous donne pas l’Histoire avec un grand H du Wiener Schnitzel ! Au XIXe siècle, l' « escalope panée  » se trouve sur les tables des nobles viennois. Exporté en Europe par Napoléon III (1808-73) et son épouse Eugénie qui veulent se délecter de cette escalope présente sur les tables les plus nobles d'Autriche, elle devient l'escalope à la viennoise.

 

sculpture-sur-bois-tyrolienne.JPG

 

Le Wiener Schnitzel comme vous vous en doutez n’était pas au départ un met pour les pauvres. Au XVIIIe siècle, le livre de cuisine d’Ignaz Gartler contient des recettes de viandes panées, principalement de la dinde mais pas du veau comme aujourd’hui. La même recette se retrouve en 1719 dans le livre de cuisine salzbourgeoise de Conrad Hagger.

 

Vache-en-bois-publicite-pour-le-lait-fair-trade.JPG


Vers le XIXe siècle, il devient un repas de fête pour le peuple, mais il est fait de viande de porc. Aujourd’hui l'escalope " Wiener Schnitzel " est le plat typique dominical dans les chalets autrichiens. L’arroser d’un filet de citron n’est pas quelque chose de nouveau. En fait, en 1913, Marie von Rokitansky écrit dans son livre la « Cuisine Autrichienne » que le jus de citron était surtout là pour masquer le goût de rance du saindoux utilisé
à l’époque pour faire cuire l’escalope pannée ou aussi pour dissimuler le goût prononcé de la viande.   

 

Source: Wiener Schnitzel  Traduit et résumé du site Traditionnelle Lebensmittel

 & Steingraben, l'histoire du Wiener Schnitzel

 

 

Andreas-Hofer-sculpte-et-expose-au-marche-artisanal-de-S.JPG

 

Chez moi, c’est mon mari qui prépare le Wiener Schnitzel selon la recette de sa grand-mère. Il frappe l’escalope avec un maillet en bois non pas pour l’attendrir comme autrefois mais pour avoir une escalope très fine.  Nous utilisons du veau, du boeuf ou de la dinde. Dans un restaurant, le Wiener Schnitztel doit être de la grandeur de l'assiette, mais comme nous mangeons très peu de viande, les proportions chez nous se trouvent réduites.

 

Je vous dévoile donc la recette du Wiener Schnitzel
selon la recette d’Oma Rosa :

 

Ingrédients pour deux personnes :

2 escalopes de veau grandes comme la main qui feront bien le double une fois bien aplaties.

Farine

2 œufs

Crème fraîche

Epices

Chapelure
Confiture d’airelles et rondelle de citron

Huile pour friture

 

Aplatissez les escalopes avec un maillet en bois (n’hésitez pas à frapper dans tous les sens pour au moins doubler la surface). Salez, poivrez et ajoutez les épices que vous aimez. Le plus souvent c’est le paprika chez nous.

Préparez trois assiettes contenant :

  1. farine
  2. œufs battus et crème fraîche salé et poivré.
  3. chapelure (nous faisons notre chapelure nous-même ; elle est composée par moitié de pain bis rassis et de pain blanc fait avec de la farine d’épeautre)
    Pour le sans gluten, la polenta fine convient très bien, ainsi que le sésame.

 Escalope-Wiener-Schnitztel.JPG

 

Pour paner, c’est simple : une fois dans la farine, puis dans l’appareil (œuf + crème), puis dans la chapelure et hop dans la friture. Nous utilisons de l’huile de mais pour frire mais si le cœur vous en dit vous pouvez utiliser du saindoux. Environ 2 cm d’huile dans une grande sauteuse suffiront. Retournez lorsque la chapelure est un peu dorée. Bien égouttez sur du papier absorbant. Si vous en faites pour plusieurs personnes, vous pouvez les maintenir au chaud au four.

 

Escalope-Wiener-Schnitztel-avec-confiture-d-airelles.JPG


Maintenant l’accompagnement : la confiture d’airelles ne doit pas manquer, une rondelle de citron et une petite salade de pomme de terre !

 

Et voilà le tour est joué ! Bon appétit !

 

Chaudron de sorcières

   

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Maous Artiste Défiant l'Olibrius (c) - dans Recettes autrichiennes
commenter cet article
20 juin 2010 7 20 /06 /juin /2010 06:50

Soupe-aux-vermicelles-et-a-la-saucisse-de-Frankfort--Tirol.JPG 


La soupe tyrolienne aux vermicelles (Nudelsuppe mit Würstel) est une soupe traditionnelle que l’on sert souvent dans les cérémonies. On la déguste très souvent le soir du réveillon de NOEL, dans les repas de mariage, etc. Autrefois, elles étaient servies dans les auberges aux pèlerins et aux marchands ambulants.

 

Elle est simple à faire et pour nous, elle a un petit goût traditionnel à ne pas manquer. Il faut noter qu’elle est l’une des soupes les plus populaires au Tyrol.

 

  • Prenez un litre de bouillon claire. (Si vous souhaitez faire le bouillon vous-même : deux pattes de poule et une carotte feront l’affaire) ;
  • Faites cuire le vermicelle (pour moi, ce sera pâte à la farine d’épeautre complète)
  • Ajoutez les saucisses entières et laissez les mijoter 5 minutes. CoupeZ les seulement après cuisson en rondelles !
  • Ajoutez de la ciboulette et le tour est joué !

 Gschnitztal-Pumafalle-Refuge-tyrolien.JPG

 

Bon appétit dans l’univers de la cuisine tyrolienne !

 

Repost 0
Published by Maous Artiste Défiant l'Olibrius - dans Recettes autrichiennes
commenter cet article
30 avril 2010 5 30 /04 /avril /2010 22:11

Crepe-de-semoule--Grie-schmarren-.JPG 


Un dessert qui n’en est pas un et qui a pour nous un goût particulier car les crêpes sont faites avec de la semoule (Grieß) à la place de la farine. Le Schmarr se mange plutôt en fin d’après-midi en plat principal. Voilà pourquoi j’ai fait de grandes crêpes pour nous, mais vous pouvez aussi faire comme des blinis pour vous faciliter la tâche.


Traditionnellement,  l'on cuit le Schmarr dans une grande poêle noire sur le feu. Le Schmarr (la grosse crêpe) est découpé en petits morceaux dans la poêle et celle-ci est placée au milieu de la table et chacun pique dedans.

 

Ingrédients pour 4 personnes :

1 litre de lait, ¼ kg de semoule, sel, 8 dkg de beurre, raisons secs, zest de citron, sucre de canne.

Prévoyez le temps de refroidissement : 30 mn et une compote en accompagnement.

 

  • Mettez chauffer le lait et salez le (cette recette peut très bien être faite avec 1/3 de lait de chèvre 1/3 de lait de soja coupé 1/3 d’eau comme pour moi)
  • Ajoutez doucement la semoule (semoule de blé fine, semoule de riz ou semoule d’épeautre complète comme sur la photo)
  • Ajoutez tout en tournant le zest de citron ou d’orange selon votre goût et les raisons secs (une bonne poignée pour les moins gourmands)
  • Ensuite le sucre de canne (5 c à s) et/ou miel selon le goût et votre fantaisie et le beurre (facultatif).

 

Laissez refroidir ! Préparez vos ustensiles : poêles et spatules pour écraser la pâte dans la poêle et former ainsi une crêpe. A chaque fois, ajouter un peu d’huile et une noisette de beurre pour faire la crêpe. Laissez bien dorer des deux côtés, sucrez à nouveau pour les becs sucrés et servez avec une compote ou un coulis de fruits !

 

Gschnitztal-vieille-cuisiniere.JPG


Bon appétit dans l’univers de la cuisine tyrolienne !

 

Repost 0
Published by Maous Artiste Défiant l'Olibrius - dans Recettes autrichiennes
commenter cet article
6 février 2010 6 06 /02 /février /2010 01:53

Bratapfel.JPG

 

La pomme au four est un dessert hivernal que l’on trouve sur le marché de Noël d’Innsbruck. " Bratäpfel ". Elle se consomme chaude avec un punch (voir les recettes autrichiennes). La recette est un peu différente de celle que l’on connaît car les pommes sont fourrées.

 

Je vous livre donc la recette pour quatre grosses pommes (Boskopp) avec :

60 g de pâtes d’amandes

4 c.s. de noix ou noisettes en petits morceaux
2 c.s. de grain de raisin (au rhum si vous le souhaitez).

Enlevez le cœur des pommes avec un ustensile adéquat. Râpez la pâte d’amandes et ajoutez les noix ou noisettes, les raisins. Répartissez la masse dans le centre des pommes et enfournez pour environ 15 minutes. (Notez qu’il n’y a pas de rajout de sucre.)

 

Gl-hwein.jpg

 

Voilà le tour est joué ! Reste à préparer le punch et inviter les copains cet après-midi.
Bon appétit ! 

Repost 0
Published by Maous Artiste Défiant l'Olibrius - dans Recettes autrichiennes
commenter cet article
8 novembre 2009 7 08 /11 /novembre /2009 02:39

 


C’est la fête aux potirons, citrouilles et autres cucurbitacées.

 

 

La Styrie (au sud de l'Autriche), est une région volcanique, bien connue pour ses cultures de potirons à la peau bien verte et à la chair orangée.

 

 

Au bord des routes tyroliennes, on rencontre des monceaux de cucurbitacées plus orange, verts, jaunes les uns que les autres. Il y a des potirons de toute taille pour tous les appétits. C’est que les autrichiens sont friands de soupe aux potirons. Il suffit donc de choisir son potiron et de payer à la caisse.

 


 

La caisse ? Un simple baril en métal fermé par un cadenas. Bien sûr, il faut avoir de la monnaie pour pouvoir payer le compte juste car il n’y a pas de caissier. Il repassera à la fin de la saison. Chaque cucurbitacée est classée selon sa grosseur et donc son prix.

 


 

Comme je ne suis pas pingre, je vous donne aussi ma recette gratuitement et sans engagement.

 

Soupe de potiron à la tyrolienne :

  • du potiron (bien sûr, cela semble évident, mais je préfère vous donner le BA ba),
  • une gousse d’ail,
  • des oignons et pomme(s) de terre.

 

Faites rissoler les oignons, ajoutez la chair du potiron et les pommes de terre. L’ail est indispensable pour le goût ; laissez mijoter. Mixer et servez nature ou comme au Tyrol avec des graines séchées de potiron à volonté (des graines de tournesol feront l’affaire si vous n’en trouvez pas) et une bonne cuillère à soupe d’huile de graines de potirons. La crème fraîche est facultative.

 


Et comme nous sommes en Autriche : un Tyrolien ne vous dira « Guten Appetit » comme en Allemagne mais « Mahlzeit » pour vous souhaiter un bon appétit !

 

Repost 0
Published by Maous Artiste Défiant l'Olibrius - dans Recettes autrichiennes
commenter cet article