Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Hyper Quelque Chose !

  • Maous Artiste Défiant l'Olibrius
  • Une linguiste associée avec une artiste ! Mado fait de la peinture et moi, je m'exerce au journalisme, à la traduction et à l’écriture pour le plaisir des mots et des couleurs.
  • Une linguiste associée avec une artiste ! Mado fait de la peinture et moi, je m'exerce au journalisme, à la traduction et à l’écriture pour le plaisir des mots et des couleurs.

Rechercher Sur Le Site

Le Fourre Tout !

Cadeaux des ami(e)s

medaille-meilleur-blogsarah151109.jpg

offert par mon amie Jeanne Fa Do SI
pour mon regard fouillé sur les coutumes et la nature autrichienne.
Merci Jeanne

Texte Libre

Related Posts with Thumbnails
27 novembre 2011 7 27 /11 /novembre /2011 09:56

 Couronne-de-l-avent-tyrolienne-2011.JPG

 

L’on prend quelques belles branches de sapin, une couronne en paille, un peu de fil de fer sans oublier les quatre bougies puis après on ajoute tout ce que l’on aime : boules et étoiles de Noël, mais aussi des fruits séchés pour les senteurs tels que orange, citron, etc., des pommes de pin… quatre nœuds et bien sûr un soupçon de temps pour fabriquer la couronne.

 

Cependant les symboles que l’on ajoute sur la couronne ont leur importance. Le vert des branchages persistants représente la vie et la couronne en rond la résurrection et la vie éternelle. Les bougies bien sûr symbolisent la lumière qui dans la nuit de Noël illuminent le monde.

 

Hans-et-Gretel.jpg

 

Pour beaucoup de personnes, la couronne de l’avent est simplement une tradition avant Noël. Elle est un peu comme le calendrier de l’avent, les petits gâteaux sentant bon le miel et le sapin de Noël.

 

Pere-Noel-a-la-barbe-en-coton.JPG

  

Vous pouvez soit recouvrir votre couronne avec des branches de sapin, de buis, de thuyas en prenant de petits bouquets que vous déposez sur la couronne en paille et que vous fixez avec un ou deux tours de fil de fer bien malléable. A l’intérieur, les branchages doivent être toujours plus courts qu’à l’extérieur. Il faut bien étirer sur le fil pour que plus tard, le bouquet de branchage ne bouge pas. Les bougies sont bien installées avec des fils de fer (fort) plantés dans les bougies puis le fond est collé au pistolet à la colle chaude.


  

En ce moment, tous les magasins de fleurs et les jardineries proposent de magnifiques couronnes. Environ 700 couronnes de l’avent seront faites à la main et vendues avant le premier de l’avent. Il faut environ 20 minutes à une fleuriste pour installer les branchages de verdure sur la couronne de paille.

 

Bougie bleue de la couronne de l'avent tyrolienne

 

Cependant cette coutume n’est pas si vieille. Il y a environ 170 ans, l’évangéliste et théologue luthérien Johann Hinrich Wichern (1808-1881) prit plusieurs enfants orphelins dans sa ferme. Les enfants auraient toujours demandés qu’en l’enfant Jésus allait naître. Alors, l’évangéliste a installé sur une vielle roue 19 petites bougies et 4 plus grosses pour les dimanches pour compter avec les enfants les jours qui rapprochaient de Noël.

 

Au Tyrol, la couronne de l’avent classique reste celle en branchages de sapin avec des bougies rouges. Cependant cette année, les couleurs de la mode influencent les fleuristes et le blanc, le vert, le violet et le turquoise sont très tendance.

 

Couronne-de-l-avent-Premi-re-bougie.jpg

 

Je vous souhaite une bonne période de l’avent et j’allume ma première bougie avec vous.

Repost 0
Published by Maous Artiste Défiant l'Olibrius - dans L'avent en Autriche
commenter cet article
28 novembre 2010 7 28 /11 /novembre /2010 22:58

Nous avons encore quatre semaines avant Noel… c’est le temps de l’avent avec les marchés de Noel, les décorations dans les villes, les têtes de gondoles des supermarchés remplies à craquer, la frénésie dans les boutiques, etc.

 

 

C’est le temps de l’avent !

 

Couronne-de-l-avent-2010.JPG

 

Actuellement pratiquement un mois avant Noel, où l’on se recueille, où l’on entend parler de trêve !
Un temps de paix et de réflexion sur l’année écoulée…
 

 

Beaucoup de légendes entourent la couronne de l’avent que je vous ai relatées dans plusieurs de mes articles ! En Autriche, l’on trouve toutes sortes de couronnes à acheter aussi bien dans les magasins de bricolage que les fleuristes. La couronne traditionnelle reste celle faites en branches de sapin et ornées de quatre bougies accompagnées de quatre nœuds.

 

La couleur traditionnelle est le rouge et de nombreux autrichiens n'achètent que des bougies rouges pour leur couronne. Dans les magasins toutes les couleurs sont bien sûr proposées.  

 

Cette année, j’ai décidé de faire une couronne de l’avent plus traditionnelle car la forme ronde évoque le soleil et son rayonnement. Une couronne en forme de mandala appelant la paix et l’amour.

 

Couronne-de-l-avent-et-son-petit-ange.JPG


Comment fut-elle préparée ?

 

Facilement mais avec beaucoup de temps ! Il suffit d'une belle couronne en paille. Celle présentée en photographie a un diamètre de 53 cm et est recouverte d’écorce d’épicéa (sapin rouge). Les petits bouts d’écorce ont été découpés avec un sécateur et collés avec de la colle chaude. Ensuite le choix de l’endroit d’implantation des bougies rouges est très important. Elles doivent être bien droites pour éviter que la paraffine ne s'écoule sur la table et traditionnellement former un carré dans le rond. Ensuite, les quatre nœuds ont été formés avec chacun 1 mètre de ruban, tenus avec des agrafes et collés avec de la colle chaude. Quelques petites décorations ont été ajoutées comme des petites pommes pour l’automne, une rose blanche pour symboliser l’hiver, le petit ange pour le printemps et les rubans avec impression feuilles pour l’été.

 

 

 

 

 

Voilà c’est terminé, après trois heures de taillage et collage ! Il est temps de partager avec vous ce moment !

 

Couronne-de-l-avent--Premiere-bougie.JPG

 

Allumons ensemble la bougie !


Les enfants " Attention danger " : n'allumez jamais les bougies sans la présence d'un adulte et ne laissez jamais les bougies sans surveillance.

 

 

Je vous souhaite un agréable temps de l'avent fait de paix et de sérénité,
loin de la frénésie des achats, pour savourer ensemble un moment de bonheur !
 

 

Repost 0
Published by Maous Artiste Défiant l'Olibrius - dans L'avent en Autriche
commenter cet article
3 janvier 2010 7 03 /01 /janvier /2010 23:47
Tout doucement, les décorations de Noel vont disparaître de nos rues, des vitrines des magasins... Chacun rembale dans des cartons les étoiles qui ont illuminé nos sapins, nos fenêtres...

étoiles du marche Noel Tyrol copyright MA

Les couronnes vont être décrochées, démontées et partir au recyclage. Les étoiles elles seront placées dans des boîtes où elles rêveront au prochain avent.


étoiles couronne copyright MA
Le marché de Noel remballe ses souvenirs et ses objets fait-main.

Edelweiss sac tyrolien copyright MA
Les edelweiss en porte clé et les étoiles en paille utilisées comme décoration du sapin de Noel regagnent leur réceptacle dans le grenier.

étoiles des neiges bonnet tyrol
Mais les  étoiles des neiges restent sur les bonnets pour le plaisir des touristes et l'étoile devant ma crèche reste jusqu'à la chandeleur.

étoiles sur la crèche copyright MA

et puis... il y a la nature et la neige qui nous offrent des étoiles qui sont d'une beauté incomparable.

étoile des neiges copyright MA

Voilà, c'était la piste aux étoiles au Tyrol
pour les photographes du dimanche.



étoile des neige copyright MA

Je vous souhaite donc une bonne reprise... sur la piste...
de ski de fond.... du travail.


Repost 0
Published by Maous Artiste Défiant l'Olibrius - dans L'avent en Autriche
commenter cet article
9 décembre 2009 3 09 /12 /décembre /2009 23:40

 

La construction de cette crèche a duré 80 heures. 80 heures de dur labeur mais surtout une démarche spirituelle absolument fantastique.

 

L’important c’est de décider quelle crèche vous désirez. Souhaitez vous beaucoup de bâtiments, un village, une grotte, une étable, etc. ? Repérez dans l’espace le placement des différents éléments. Ensuite, choisissez votre style ! J’ai choisi de représenter un endroit du village pauvre : les arbres ont peu de feuillage, la tour est en ruine, le bâtiment n’a pas de porte et la coupole est sans dorure.

 

Dimension : 70 x 60 cm

 

Je vous en livre ici les détails :



 

Première étape « fondation de la crèche ».

 

  1. Préparation de la planche en panneau lin et collage du polystyrène avec de la colle à bois. Préparation de plusieurs couches de polystyrène pour assurer plusieurs niveaux qui représenteront les champs et délimiterons les habitations. L’espace devant la crèche doit être assez grand pour accueillir les rois mages.
  2. Construction de la grotte de la nativité en polystyrène superposé. Le toit ne doit pas être trop avancé pour que l’on puisse apercevoir les animaux (l’âne et le bœuf) et assez large pour contenir la sainte famille presque en ligne (profondeur et hauteur : 20 cm).
  3. Préparation des bâtiments adjacents en polystyrène. Les mesures sont bien sûr selon la grandeur des santons. Préparation de la tour qui est un tube en carton et de l’arche découpée dans du polystyrène.
  4. Collage des murs, préparation du toit avec le dôme en polystyrène, ajout des ouvertures telles que portes et fenêtre.
  5. Préparez un mélange d’eau, de colle à bois et de sciure et appliquez ce mélange sur toutes les parties en polystyrène. Laissez sécher ! Ceci va permettre à l’étape suivante que le plâtre s’accroche bien sur le polystyrène.

 


Deuxième étape « plâtre sur les murs de la crèche et des bâtiments adjacents »

 

  1. Le plâtre ne doit pas être trop épais pour pouvoir être étalé facilement au couteau. Le plus facile étant de prendre de l’eau dans un gobelet, d’y ajouter un peu de colle à bois et de compléter avec du plâtre sans remuer jusqu’à ce que l’eau soit complètement absorbée. Remuer et procéder soit avec une spatule pour les murs soit avec un pinceau pour la grotte au recouvrement de chaque partie de la crèche.
  2. Délayer peu de plâtre à la fois, quitte à refaire plusieurs fois le même geste. Le plâtre même avec la colle prend très vite.

 


Troisième étape « détail des décorations de la crèche »

 

  1. Préparation de un ou plusieurs murs de délimitation qui seront placés pour délimiter les champs et la ville.
  2. Pour dessiner les briques, il faut attendre que le plâtre soit  un peu sec et on peut commencer à gratter le plâtre avec un couteau à bois. Une couche de 5 mm de plâtre est nécessaire pour des briques ayant environ 2 mm de rainure. L’important est d’effectuer les rainures irrégulièrement (ayant toujours à l’esprit le style de l’époque).
  3. Le dôme quant á lui sera fait au pinceau avec du plâtre bien liquide pour assurer un bon lissage.
  4. Les pierres autour de la porte sont posées à la main. Il s’agit d’un mortier composé d’un peu de plâtre, de sciure et de colle à bois. Il suffit de former des petites briques et de les apposer sur le plâtre autour de l’ouverture de la porte. Si le plâtre est déjà bien sec, appliquer avec un pinceau un peu de colle.
  5. Si vous le souhaitez vous pouvez aussi faire un puit, toujours en polystyrène recouvert de plâtre.
  6. Placer derrière les fenêtres un petit grillage ou un rideau.

 


Quatrième étape « les éléments en bois »

 

  1. Préparez tous les éléments en bois, porte, auge et feu.
  2. Pour le feu, un triangle sera formé avec trois morceaux de bois et de petits morceaux seront collés autour pour former un feu de camp. Veillez à laisser assez d’espace sous le monticule de bois pour le passage d’une ampoule rouge.

 


Cinquième étape « l’installation de tous les bâtiments »

 

  1. Avant d’installer vos bâtiments n’oubliez pas de les peindre à l’intérieur.
  2. Fixez avec de la colle et du plâtre tous les éléments et recouvrez entièrement votre fondation ainsi que les champs. Formez au pinceau un effet pour les rochers, les herbes des champs, etc.

 


Sixième étape « la peinture de base »

 

  1. La couleur choisie est très importante pour l’effet final. Recouvrez tout d’abord toutes les surfaces avec un mélange d’eau, de colle à bois et de pigment en poudre (pour ma crèche : terre de sienne, ambra, ocre jaune). Ne soyez pas effrayer par la couleur foncée.
  2. N’attendez pas que cela sèche, mais prenez une éponge et de l’eau et commencez à essuyer la peinture. Vous allez donc par place faire ressortir plus de blanc. L’important c’est qu’il n’y ait pas d’uniformité.

 


Septième étape « peindre les détails »

 

  1. Ensuite, vous prendrez un peu de jaune, un peu d’ocre, un peu de blanc et vous allez commencer à peindre les détails. Pour ce faire, j’ai utilisé directement des tubes de peintures pigmentées (comme vendu dans les magasins de bricolage, colorant pour ajouter à la peinture blanche). Il faut ici utiliser très peu d’eau et bien garder le pinceau sec. Encore une fois pas d’uniformité !
  2. Peindre en vert, ocre et marron la partie réservée aux champs et aux rochers.

 


Huitième étape «  ajoutez de la verdure »

 

  1. Commencez à coller de la mousse sur les parties que l’on souhaite vieillir. Ajouter des branches pour ajouter à l’aspect ancien. Les branches de thym sauvage forment une jolie couleur pour les arbres.
  2. Ajoutez aux pieds des rochers des champignons séchés, des lichens et des herbes séchées.

 


Neuvième étape « préparations des palmiers qui iront près de la crèche »

 

  1. Comment faire des palmiers ? Découpez des bandes dans du papier vert d’environ trois centimètres de largeur. Collez les deux parties en ajoutant au milieu un fil de fer fin. Après séchage, découper des formes de feuilles d’environ 10 cm de longueur (compter un centimètre de tige en plus). Armez vous d’une paire de ciseau et découpez tout le long des feuilles des filaments en allant jusqu’au milieu (le ciseau touchant à chaque fois la tige de métal au milieu).
  2. Peignez vos feuilles avec du vert foncé, de l’ocre et du jaune. Pas d’uniformité.
  3. Comptez environ 16 feuilles par palmier. Prenez une tige de bois assez souple comme du sapin par exemple et posez sur le haut vos feuilles maintenues avec du fil de fer. Serrez bien en enroulant le fil de fer plusieurs fois sur les tiges.
  4. Ensuite, pour le tronc que l’on ne va pas laisser comme cela. On prend de la grosse toile de jute (comme les sacs à pommes de terre) et l’on découpe des bandes de trois centimètres de large. D’un côté on effile une rangée pour obtenir des picots.
  5. On trempe cette bande dans notre composition de plâtre habituelle et on applique en tournant sur le tronc. Veillez á ce que les picots ressortent bien. Laissez sécher et peignez en marron foncé. Passez ensuite un peu de blanc par place pour patiner.
  6. Enroulez de la fibre sur un de vos doigts et déposez la sur le dessus de votre palmier.

 


Dixième étape « les champs et les chemins qui mènent à la crèche »

 

  1. Allez chercher de la mousse dans la forêt et armez vous d’un moulin à café. La mousse sera soit collée avec de la colle blanche liquide soit refaite chaque année (selon votre choix). Des petits branchages verts seront installés mais pas définitivement collés car ils seront remplacés chaque année.
  2. N’oubliez pas d’installer du foin dans l’auge du bœuf dans la crèche et de mettre de la paillette sur la surface (collée ou non).
  3. Pour les chemins qui mènent à la crèche ou au puits, utilisez des petits gravillons de différentes couleurs et du sable fin. Ils seront faciles à coller avec de la colle à bois utiliser pure. Ajoutez des pierres plus grosses pour un effet de rocher, collez les avec un pistolet à colle chaude.

 


La dernière étape « la lumière »

 

  1. Vous pouvez utilisez plusieurs éclairages. Sur le plafond de la crèche une lanterne (traditionnellement rouge indiquant la présence de Dieu) éclairera la sainte famille. Vous pouvez aussi installer des torches sur les côtés. J’ai choisi une étoile sur le devant et un éclairage dans un seul des bâtiments.
  2. Soit vous faite courir les fils le long des bâtiments, soit vous perforez le derrière des bâtiments avec une perceuse (utilisez bien sûr un petit forêt).
  3. Le feu doit être installé dans les champs pour les bergers et sera éclairé en dessous avec plusieurs ampoules rouges (si possible clignotantes) le tout relié à un petit transformateur (renseignez vous dans les magasins spécialisés).
  4. En Autriche, Joseph est souvent représenté avec une lampe, vous pourrez certainement en acheter une et la brancher elle aussi sur votre transfo.

 


Et pour la fin, la joie de découvrir votre crèche de la nativité et la sainte famille éclairée de votre travail.

 

Si vous avez des questions, n’hésitez pas ! Cochez la case « être prévenue de la réponse par email » et remplissez le champ pour l’adresse électronique. (Le serveur vous enverra automatiquement l’annonce de ma publication de réponse).

 

Si vous vous lancez dans l’aventure, je vous souhaite un bon bricolage.

Repost 0
Published by Maous Artiste Défiant l'Olibrius - dans L'avent en Autriche
commenter cet article
2 décembre 2009 3 02 /12 /décembre /2009 19:10

Jusqu’à Noel, il y a encore un peu de temps… exactement quatre semaines
c’est le temps de l’avent.


 

 

Le mot Avent vient du latin « adventus » qui signifie « venue ou arrivée ». La création d’une couronne de l’avent est née en pays germanique au XVIe et l'avent rappelle au chrétien la venue du Christ mais le pape Grégoire 1er avait déjà institué l'avent au XIe afin de rentrer graduellement dans le mystère de la Nativité. Beaucoup de légendes entourent la couronne de l’avent, l’une d’elle parle que la couronne aurait été créée vers 1850 à Hambourg par un pasteur Henrich Wichern qui travaillait dans un orphelinat. L’avent commence donc avec le 4e dimanche précédant Noël.


 

En tout cas, vous avez remarqué que depuis déjà quelques semaines, les supermarchés présentent en tête de gondole déjà des produits pour Noel et les décorations remplissent lentement les étagères, mais tant que le premier dimanche de l’avent n’est pas passé, je n’ai pas l’impression que le compte à rebours est commencé.

 

En Autriche, depuis plusieurs jours les magasins et fleuristes s’activent pour confectionner de magnifiques couronnes de l’avent. Il y en a pour tous les goûts : modernes ou traditionnelles de toutes les couleurs et de toutes les formes, rondes ou rectangulaires mais elles ont toutes en commun les quatre bougies. La couleur traditionnelle est le rouge et de nombreux autrichiens n'achètent que des bougies rouges pour leur couronne.

 

  Photographie prise dans un magasin


Dans la tradition catholique, la première bougie évoque la désobéissance d’Adam. La deuxième rappelle qu’après le déluge, Dieu donna un signe à Noé : l’arc-en-ciel. La troisième rappelle le temps des rois de David et la quatrième annonce la venue d’un messie. La forme ronde et le houx remémorent la couronne d’épines de Jésus.

 

Dans les traditions païennes, la forme ronde évoque le soleil, la couleur des bougies traditionnellement rouges évoque le feu et donc la lumière. Les quatre périodes de la vie, les quatre points cardinaux et les quatre saisons sont représentés symboliquement par les quatre bougies. La couleur verte symbolise la végétation et l’espérance pour les longs mois d’hiver. La lumière et la verdure doivent protéger des maléfices et catastrophes.

 


Ma couronne de l'avent de 2008

 

Comment préparer une couronne de l'avent ?


Facile ! Il suffit d'une couronne en paille ou d'un support comme une planche où vous collerez des branchages, poserez vos bougies et rajouterez quatre rubans. Cette année, j'ai décidé de faire une couronne de l'avent sur une écorce d'arbres.


 

 

Pour la préparation de cette couronne de l'avent qui est actuellement en long plutôt qu'en rond : 4 bougies vertes de 12 cm, des rubans argent, de la mousse et du lichen, des branches de sapin et un pot-pourri.

 


Collez le tout sur votre support, mettez de la couleur si vous en avez envie. Cette année pour moi c'était, vert (la couleur du futur), argent et orange (pour la joie). Utilisez un pistolet à colle pour installer tous les accessoires et fixez bien vos bougies. (Les enfants " Attention danger " : n'allumez pas les bougies sans la présence d'un adulte et ne laissez jamais les bougies sans supervision).


 


Les accessoires peuvent aller des petites boules de Noel jusqu'aux petits fruits en passant par des petits sujets. Moi j'aime bien y ajouter un ange !


 

Aujourd’hui 29 novembre, il est tant de déclencher le compte à rebours et d’allumer la première bougie de la couronne de l’avent pour célébrer ce temps de paix et d’attente. Le calendrier traditionnelle de l’avent ouvre sa première porte et apporte chocolat et poème. Le thé est parfumé à la cannelle et l’on commence à préparer des petits gâteaux.  La cuisine embaume, les épices sentent délicieusement bons.

 


 

Bref qu’importe si l’on voit dans la couronne un symbole religieux ou païen :

  • elle est une décoration bien agréable pour la maison ;
  • elle représente pour les enfants un émerveillement sans cesse renouvelé ;
  • et pour les parents une bombe à retardement. 

 


Je vous laisse apprécier l’instant présent en regardant bruler ma première bougie et vous souhaite un agréable temps de l'avent fait de paix et de sérénité.

 

Repost 0
Published by Maous Artiste Défiant l'Olibrius - dans L'avent en Autriche
commenter cet article
24 décembre 2008 3 24 /12 /décembre /2008 08:00
Nous avons ensemble, durant le temps de l’avent, redécouvert de nombreux contes des Frères Grimm et quelques uns d’Hans Christian Andersen... parfois oubliés, parfois encore vivants dans nos mémoires. Nous avons suivi au fil des histoires les personnages qui ornent les rues d'Innsbruck (Tyrol) durant l'Avent. Ils racontent des histoires sur l’amitié, la tolérance, l’acceptation de la différence chez l’autre, d’un côté les gentils de l’autre les méchants, les riches et les pauvres.

 

Les contes ne sont pourtant pas comme n’importe quelle histoire. Ils ouvrent le cœur, donne du courage aux petits et les fait tenir en place… De plus, les contes ont un effet éducationnel et ludique. Bref un super doping pour les petits cervelles !

 

Il y a quelques années encore les contes étaient jugés trop brutaux pour les enfants, faisant même peur, et avaient été relégués au fond des placards au profit des teletubbies et autres personnages futuristes.

 

Bien sûr, certains contes sont d’un autre temps mais les valeurs qu’ils véhiculent, les conflits et les solutions sont pourtant toujours de notre temps. Les bons sont victorieux et les méchants sont bannis. Blanche-neige peut se libérer de sa méchante belle-mère. Jean le chanceux montre que les biens matériels ne sont pas importants car il perd tout mais est malgré tout heureux. Dans le conte Dame Hiver, l’ordre et le travail sont récompensés alors que la fainéantise est punie.

 

Tout ce dont les petits ont besoins, c’est d’exemples qui leur permettent de calquer leur comportement et de comprendre la vie sociale. Ils apprennent aussi à rester concentrésr pendant que les adultes lisent et s’investissent, suivent l’histoire, posent des questions, trouvent des solutions et restent « sages » montrant l'intérêt de ces lecture pour eux.

 

Magie et créatures mystiques jouent un rôle important dans le développement créatif des enfants et leur permettent de contrôler leurs craintes. Les contes contemporains apportent beaucoup plus de réalisme aux histoires et vous me permettrez de glorifier les vieilles histoires pour leur sagesse et leurs principes ; ils ouvrent la porte à la tolérance pour d’autres cultures avec leur voyage dans le temps ou dans d’autres pays lointains.

 

Je vous remercie donc bien chaleureusement de m’avoir suivi dans cette aventure
dans les rues d'Innsbruck sur les pavés de la Märchengasse et de la Risengasse
et vous souhaite un bon réveillon.


Le valeureux petit tailleur 

Le nain Long Nez

Le Petit Chaperon rouge

Dame Holle

Cendrillon

La reine des neiges

La Belle au Bois Dormant 

Jean le chanceux

 Le roi Grenouille ou Henri de Fer

Rumpelstilzchen, le lutin 

Hansel et Grethel

Le lièvre et le hérisson 

Le Dauphin intrépide

Blanche-Neige 

Le jeune géant

La gardeuse d'oies près de la fontaine 

Le stoïque soldat de plomb 

Blanche-Rose et Rose-Rouge

Chat et souris associés 

Les présents des gnomes 

Ce que le Père fait est bien fait 

Demoiselle Méline, la princesse

Raiponce
Histoire de celui qui s'en alla apprendre la peur 






Repost 0
Published by Maous Artiste Défiant l'Olibrius - dans L'avent en Autriche
commenter cet article
23 décembre 2008 2 23 /12 /décembre /2008 08:00
23 décembre 2008 - 24e jour du calendrier de l’avent et donc le vingt-quatrième conte de Noël (dans la troisième semaine de l’avent)… Noël… c’est dans deux jours.

Histoire de celui qui s'en alla apprendre la peur (Märchen von einem, der auszog, das Fürchten zu lernen), un conte des Frères Grimm. Photographies prises sur le calendrier de l’avent grandeur nature dans la vieille ville d’Innsbruck (Autriche).

 

Un père avait deux fils; le premier était réfléchi et intelligent; il savait se tirer de toute aventure. Le cadet en revanche était sot, incapable de comprendre et d’apprendre. Quand les gens le voyaient, ils disaient: “Avec lui, son père n’a pas fini d’en voir.” Quand il y avait quelque chose à faire, c’était toujours à l’aîné que revenait la tâche, et si son père lui demandait d’aller chercher quelque chose, le soir ou même la nuit, et qu’il fallait passer par le cimetière ou quelque autre lieu terrifiant, il répondait: “Oh non! père, je n’irai pas, j’ai peur.” Car il avait effectivement peur. Quand, à la veillée, on racontait des histoires à donner la chair de poule, ceux qui les entendaient disaient parfois: “Ça me donne le frisson!” Le plus jeune des fils, lui, assis dans son coin, écoutait et n’arrivait pas à comprendre ce qu’ils voulaient dire. “Ils disent toujours: “Ça me donne la chair de poule! ça me fait frissonner! Moi, jamais! Voilà encore une chose à laquelle je ne comprends rien.”

Il arriva qu’un jour son père lui dit: “Écoute voir, toi, là dans ton coin! Tu deviens grand et fort. Il est temps que tu apprennes à gagner ton pain. Tu vois comme ton frère se donne du mal.” - “Eh! père,” répondit-il, “j’apprendrais bien volontiers. Si c’était possible, je voudrais apprendre à frissonner. C’est une chose que j’ignore totalement.” Lorsqu’il entendit ces mots, l’aîné des fils songea: “Seigneur Dieu! quel crétin que mon frère! Il ne fera jamais rien de sa vie.” Le père réfléchit et dit: “Tu apprendras bien un jour à avoir peur. Mais ce n’est pas comme ça que tu gagneras ton pain.”

Peu de temps après…

Si vous voulez lire la suite... cliquez ici qui vous mènera sur un autre article de mon blog.

 

Sinon allez directement sur le site officiel des Frères Grimm.

 

Repost 0
Published by Maous Artiste Défiant l'Olibrius - dans L'avent en Autriche
commenter cet article
22 décembre 2008 1 22 /12 /décembre /2008 08:00
22 décembre 2008 - 23e jour du calendrier de l’avent et donc le vingt-troisième conte de Noël (dans la troisième semaine de l’avent)… Noël… c’est dans deux jours.

Raiponce (Rapunzel), un conte des Frères Grimm. Photographies prises sur le calendrier de l’avent grandeur nature dans la vieille ville d’Innsbruck (Autriche).

 

Il était une fois un mari et sa femme qui avaient depuis longtemps désiré avoir un enfant, quand enfin la femme fut dans l'espérance et pensa que le Bon Dieu avait bien voulu accomplir son vœu le plus cher. Sur le derrière de leur maison, ils avaient une petite fenêtre qui donnait sur un magnifique jardin où poussaient les plantes et les fleurs les plus belles; mais il était entouré d'un haut mur, et nul n'osait s'aventurer à l'intérieur parce qu'il appartenait à une sorcière douée d'un grand pouvoir et que tout le monde craignait. Un jour donc que la femme se tenait à cette fenêtre et admirait le jardin en dessous, elle vit un parterre planté de superbes raiponces avec des rosettes de feuilles si vertes et si luisantes, si fraîches et si appétissantes, que l'eau lui en vint à la bouche et qu'elle rêva d'en manger une bonne salade. Cette envie qu'elle en avait ne faisait que croître et grandir de jour en jour ; mais comme elle savait aussi qu'elle ne pourrait pas en avoir, elle tomba en mélancolie et commença à dépérir, maigrissant et pâlissant toujours plus. En la voyant si bas, son mari s'inquiéta et lui demanda : « Mais que t'arrive-t-il donc, ma chère femme ?


Si vous voulez lire la suite... cliquez ici qui vous mènera sur un autre article de mon blog.

 

Sinon allez directement sur le site officiel des Frères Grimm.

 

Repost 0
Published by Maous Artiste Défiant l'Olibrius - dans L'avent en Autriche
commenter cet article
21 décembre 2008 7 21 /12 /décembre /2008 08:00
21 décembre 2008 - 22e jour du calendrier de l’avent et donc le vingt et unième  conte de Noël (dans la troisième semaine de l’avent)… Noël est tout prêt.

Demoiselle Méline, la princesse (Jungfrau Maleen), un conte des Frères Grimm. Photographies prises sur le calendrier de l’avent grandeur nature dans la vieille ville d’Innsbruck (Autriche).

 Il était une fois un roi. Il avait un fils qui avait demandé la main de la fille d'un roi puissant. Elle s'appelait Méline et était admirablement belle. Mais son père avait refusé la demande du prince, car il avait déjà décidé de donner la main de sa fille à un autre prince. Or, les deux jeunes gens s'aimaient d'un amour tendre. "Je ne veux que lui," déclara Méline, "et je n'en épouserai aucun autre." Le père se fâcha et fit construire une tour à l'intérieur de laquelle pas un seul rayon de soleil ni la lueur de la lune ne pouvaient passer. Et il dit :
- Tu seras enfermée dans cette tour pendant sept ans ; ensuite, je viendrai, pour voir si ton obstination et ton entêtement ont été brisés.
On apporta dans la tour à manger et à boire pour sept ans et Méline et sa femme de chambre y furent emmenées et emmurées. Coupées de la terre et du ciel, elles devaient rester là, dans l'obscurité totale. Le prince venait souvent près de la tour et appelait Méline par son nom, mais le mur épais ne laissait pas passer sa voix.
Et le temps passa et selon la quantité de nourriture et d'eau qui restait, Méline et sa femme de chambre devinèrent que les sept années touchaient à leur fin. Elles pensaient que leur libération était déjà proche, mais aucun bruit de l'extérieur ne leur parvint. Elles n'entendirent pas des coups de marteau, pas la plus petite pierre du mur ne tomba. Elles n'avaient plus que très peu de nourriture et une mort atroce les attendait. Méline dit alors :...

 

Celui ci je ne le connaissais pas. Si vous voulez lire la suite... cliquez ici qui vous mènera sur un autre article de mon blog.

 

Sinon allez directement sur le site officiel des Frères Grimm.

 

Repost 0
Published by Maous Artiste Défiant l'Olibrius - dans L'avent en Autriche
commenter cet article
20 décembre 2008 6 20 /12 /décembre /2008 08:00
20 décembre 2008 - 21e jour du calendrier de l’avent et donc le vingtième conte de Noël (dans la troisième semaine de l’avent)… Noël approche à grands pas.

Ce que le Père fait est bien fait (Wie's der Alte macht, ist's immer richtig), un conte d’Hans Christian Andersen. Photographies prises sur le calendrier de l’avent grandeur nature dans la vielle ville d’Innsbruck (Autriche).

 

Cette histoire, je l'ai entendue dans mon enfance. Chaque fois que j'y pense, je la trouve plus intéressante. Il en est des histoires comme de bien des gens : avec l'âge, ils attirent de plus en plus l'attention. Vous avez certainement été déjà à la campagne, et vous avez vu de vieilles maisons de paysans.

Sur le toit de chaume, il y a des mauvaises herbes, de la mousse et un nid de cigognes. Ce sont les cigognes surtout qui ne doivent pas manquer. Les murs penchent, les fenêtres sont basses et une seule peut s'ouvrir. Le four ressemble à un ventre rebondi, les branches d'un sureau tombent sur une haie, et le sureau se trouve à une mare où nagent des canards. Il y a encore là un chien à l'attache, qui aboie après tout le monde, sans distinction.

Dans une de ces maisons de paysans habitaient deux vieilles gens, un paysan et sa femme. Ils n'avaient presque rien, et pourtant ils se trouvaient avoir quelque chose de trop, un cheval, qu'ils laissaient paître dans le fossé près de la grand-route. Le paysan l'enfourchait pour aller à la ville, et de temps en temps le prêtait à des voisins qui, en retour, lui rendaient quelques services. Mais les vieux pensaient qu'il serait meilleur pour eux de vendre le cheval ou de l'échanger contre quelque objet plus utile. Mais contre quoi ?

 

Si vous voulez lire la suite... cliquez ici qui vous mènera sur un autre article de mon blog.




 

Sinon allez directement sur le site officiel des contes Andersen.

 

Repost 0
Published by Maous Artiste Défiant l'Olibrius - dans L'avent en Autriche
commenter cet article