Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Hyper Quelque Chose !

  • Maous Artiste Défiant l'Olibrius
  • Une linguiste associée avec une artiste ! Mado fait de la peinture et moi, je m'exerce au journalisme, à la traduction et à l’écriture pour le plaisir des mots et des couleurs.
  • Une linguiste associée avec une artiste ! Mado fait de la peinture et moi, je m'exerce au journalisme, à la traduction et à l’écriture pour le plaisir des mots et des couleurs.

Rechercher Sur Le Site

Le Fourre Tout !

Cadeaux des ami(e)s

medaille-meilleur-blogsarah151109.jpg

offert par mon amie Jeanne Fa Do SI
pour mon regard fouillé sur les coutumes et la nature autrichienne.
Merci Jeanne

Texte Libre

Related Posts with Thumbnails
24 juillet 2011 7 24 /07 /juillet /2011 05:19

Encore et toujours de nombreuses colonies meurent et personne ne sait pourquoi ?

 

En Autriche, les apiculteurs s’élèvent contre l’orage de produits chimiques qui se déversent sur les plantations en tout genre et surtout sur celles de maïs. Une toute petite voix dans l’immensité européenne contre une armée de lobbyistes se fait entendre !

 

Ruche-geante-dans-la-vallee-de-Gschnitz.JPG

Ruche géante dans la vallée de Gschnitz (4 x 2 m)
et petites ruches sur le côté.

 

Que les abeilles travaillent courageusement parcourant je ne sais combien de kilomètres, ça tout le monde le sait mais on oublie souvent comment les butineuses sont utiles à l’homme. 80 % des plantes ont besoin des insectes pour assurer une bonne pollinisation. Par exemple, sans les abeilles, il n’y aurait pas de récolte de fruits et pour vous donner quelques chiffres, l’agriculture en Autriche pèse 500 millions d’Euro ! De quoi nourrir les quelques 8 millions d’Autrichiens… grâce au travail actif de nos chères abeilles.

 

http://idata.over-blog.com/2/09/76/13/Photographies/Bienenh-usl-schmirn.jpg

Ruche géante dans la vallée de Vals


Mais la destruction de l’habitat, l’apparition d’une multitude de produits chimiques en tout genre et les parasites importés comme par exemple l’acarien varroa (varroa destructor d’Asie) ont un influx inimaginable sur les populations. Depuis quelques années, les journaux rapportent que les abeilles européennes sont malades et disparaissent. Même, l’on crée nombre d’instituts pour observer leur déchéance. En France, sous l’égide de la commission européenne, il existe un laboratoire de référence qui se penche sur « la santé des abeilles ». Celui-ci devrait rassembler des données afin d’avoir une vue claire sur la question et si la situation est « sérieuse ».

 

Grande ruche Tyrol du Sud (Italie)Grande ruche Tyrol du Sud

 

En Autriche, il existe un programme de recherche qui s’appelle « Melissa » sous la tutelle de l’Agence pour la santé et la sécurité alimentaire (AGES) et qui depuis 2009 étudie l’état de santé des abeilles et malheureusement la dégradation de leur santé sur le territoire autrichien.


 

Ruche-sur-le-toit-d-un-garage-a-St-Anton.JPG

Ruche sur le toit d'un garage à St Anton (Haut-Adige)

 

Tussilago Farfara

 

 

Mais ici, pas de tergiversations ! L’on montre du doigt les produits chimiques et particulièrement ceux utilisés dans la culture du maïs. La chrysomèle des racines du maïs (Diabrotica virgifera d’Amérique centrale répandu en Amérique du nord) est un insecte très virulent et peut conduire à une réduction de la récolte pouvant aller jusqu’à 80 % de perte.

 

La chrysomèle a fait son apparition au Tyrol en 2008 mais en Autriche, particulièrement dans les plaines de l’Est, elle est présente depuis pas mal de temps comme en France depuis 2002. Si celle-ci est traitée avec des insecticides de synthèse, essentiellement contre les larves au moment des semis, les insectes utiles en prennent eux aussi pour leur grade.

 

Ruche-geante-a-Gschnitz.JPG

 

En 2010, dans le cadre des recherches de « Melissa », 76 apiculteurs autrichiens ont enregistré auprès d’AGES des soupçons d’intoxication à côté des cultures de maïs. Dans 70 % des cas, le produit chimique a été retrouvé sur les abeilles. Cela montre catégoriquement que ce produit est responsable de la mort des butineuses et certainement de bien d’autres insectes. Cependant, les études ont aussi révélées que certains endroits cultivés avec du maïs traités n’enregistraient aucune disparition d’abeilles. Pourquoi ? Il semblerait que le dosage du produit chimique joue un grand rôle et que le mode d’emploi ne soit pas toujours respecté.

 

Grande-ruche-pour-abeilles-Tyrol-du-Sud--Italie-.JPGGrande ruche pour abeilles Tyrol du Sud

 

Pour finir la Fédération des apiculteurs autrichiens demande que l’on évite l’usage de ce produit en grande quantité et sur les territoires non atteints par l’insecte et travaille d’ors et déjà à une interdiction.

 

Serles-2718-m-Vallee-de-Wipptal---Stubai.JPG

Plateau d'Igls - Photographie prise en automne 2010

 

De plus, la culture intensive du maïs sans respecter la rotation des sols est une calomnie pour la nature. Année après année, l’on retrouve le même champ de maïs à la même place car les agriculteurs n’ont pas assez de terrain. C’est bien sûr un vrai paradis pour les insectes nuisibles comme l’a démontré cette pratique en Amérique.

 

Abeille-au-Tyrol-1234-m-d-altitude.JPGe rratule à tiges nues

 

Au Tyrol, il y a très peu de champ de maïs… Encore une chance !

Et peu de mortalité dans les colonies ! L’altitude y est pour quelque chose et les paysans travaillent encore dans les alpages à la main. Pas de fongicide, pas d’insecticides et pas d’engrais, juste le bon vieux fumier rassemblé en hiver et composé de foin et de sciure !

 

Vordere-Brantjochspitze-2559-m-Nordkette-Tyrol.JPGVordere Brantjochspitze 2559 m Nordkette Tyrol
photographie prise en automne 2010 du plateau d'Igls

 

  

Mais dans les autres régions ?

Est-on prêt à déstabiliser le monde des insectes et à sabrer leur rôle prépondérant dans nos vies ? Question difficile à laquelle il nous faudra bien un jour répondre.

 

Ruche-geante-au-Tyrol.JPG

 

 

En attendant, les éclaireuses cherchent une position plus propice à l’installation de leur colonie !

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Maous Artiste Défiant l'Olibrius - dans ça m'énerve !
commenter cet article

commentaires

domi2lavesubie 07/09/2011 09:11


sympa, belles photos, reportage intéressant, la porte décorée d'une ravissante abeille conclut bien, domi2lavesubie


catiechris 05/08/2011 19:57


terriblement inquiétant, il y a des mais dans mon coin, et moins d'abeilles ...


Maous Artiste Défiant l'Olibrius 20/08/2011 19:06



Malheureusement ! J'espère que la communauté va vite réagir plutôt que de laisser les lobbyistes faire ce qu'ils veulent. Il en va de notre santé.


Merci de ta visite et à bientôt



ecureuilbleu 27/07/2011 21:57


Bonsoir Maous. J'ai acheté un livre qui parle de la disparition des abeilles. C'est primodial pourla planète et nous de les sauvegarder. Bonne soirée !


Nany 27/07/2011 20:39


Je n'avais jamais vu de ruches aussi grandes, merci..
Ici, j'en ai vu pas mal butiner, mais je ne saurais dire s'il y en a moins que les autres années. Par contre, il y a énormément de coccinelles.. Bisousxxx


Balladine 27/07/2011 16:23


Bravo pour ton article Maous ! Je suis écolo à 150% et je partage entièrement ton point de vue. J'ai des abeilles dans mon jardin, elles adorent les roses trémières et le trèfle, j'ai de gros
buissons de fleurs qu'elles adorent, je ne sais pas où est leur ruche mais elles sont nombreuses et très belles, j'ai essayé de les photographier mais elles sont trop rapides pour mon petit
appareil.
Merci pour ton passage chez moi, Maous, et à bientôt pour de nouvelles aventures car pour moi c'est bientôt le départ, mon sac à dos est prêt ! Bises à toi